karst?

 

KARST est un atelier d’architecture créé à Nantes en 2015 par Andrei Scarlatescu, architecte HMONP, afin d’orienter sa pratique professionnelle selon des choix précis.

KARST oriente résolument son travail vers des territoires et des échelles de projet où la pensée architecturale fait souvent défaut.

KARST voit émerger, derrière les qualités architecturales ou urbaines des « arrière-pays », l’enjeu urgent de l’aménagement, au sens d’une grande échelle mais aussi et surtout d’une « petite fabrique urbaine » de l’espace périurbain et rural. L’agence construit sa pratique professionnelle dans cette voie.

KARST déplore l’endurance des temps de trajet interminables, prolongation du temps de travail, ayant poussé les habitants de la métropole encore plus loin dans des bocages au lustre bucolique estompé. Héritiers à la fois des festons fanés de la guinguette et de la petite voiture, nous considérons qu’il ne reste comme choix que d’irriguer de qualités les nouveaux cours de la civilisation urbaine. Ce long labeur engage doublement notre responsabilité : en tant qu’héritiers de ces lieux sans attrait, et en tant que leurs garants architectes.

KARST oppose à l’urbanité générique la spécificité d’un lieu, d’une situation, les ressources propres à un territoire à même de nourrir une somme de traits spécifiques le différenciant d’un ailleurs, le liant d’autant plus au monde qu’il se distingue plutôt que se confondre. Cela nous porte à penser une restructuration du territoire par un recentrage à plusieurs échelles et par le travail sur les limites susceptibles de distinguer ces échelles.

KARST considère l’architecture comme un bien public : cela implique d’en reconnaître à l’ensemble de la population le droit d’accès. Cela implique, surtout, d’évaluer tout projet en le situant sur une échelle d’utilité sociale et sur une échelle de qualité de paysage. Si la première est liée à une forme de conscience de la totalité sociale et à un choix politique, la deuxième doit être liée à une forme d’adéquation sensible au contexte.

KARST cherche à esquisser une situation d’exercice qui reste attachée à une échelle réduite d’intervention et de taille d’entreprise, où l’enjeu n’est pas l’accroissement rapide de l’agence mais la maîtrise accrue de la commande reçue. Afin d’avoir le poids critique, tout en restant économiquement viable, pour répondre aux marchés plus importants, l’agence a tissé un maillage de professionnels gardant chacun son autonomie dans l’exercice de son métier.

KARST se propose d’approfondir le rapport à un lieu et de s’enraciner à un milieu en le structurant.

KARST définit le rôle de l’architecte dans un cadre social et économique dont il se doit de remettre en cause les impératifs. Il trouve ses arguments et outils dans l’évolution des méthodes de projet, de la collaboration en vue d’un usage futur, de l’appropriation commune de cet usage, de la responsabilité des participants, de l’intelligence du travail en commun et des échanges entre tous ceux pris dans le processus de bâtir, de l’inventivité des solutions et des procédés techniques de construction. Son but est, avant tout, la banalisation du projet architectural, au sens d’une imprégnation qualitative et imaginative des tissus construits par un travail de réflexion et de réalisation transdisciplinaire, au sein duquel l’architecte retrouverait un rôle d’utilité sociale indispensable.